Victor VASARELY – Sculpture « Kezdi » numérotée

700,000Fr

Très belle sculpture numérotée, achetée en Galerie d’art à Hawaii en 1989 (facture d’achat et valorisée par expertise a Drout).

Dimension : 64 cm de large/.66 cm de hauteur

Numérotée 18/175

Né en 1906 à Pécs en Hongrie, Victor Vasarely entreprend très vite des études en médecine. Après deux ans, il abandonne sa formation pour s’inscrire aux Beaux-Arts et au Bauhaus de Budapest. C’est à cette période que le jeune artiste découvre l’art abstrait et les constructivistes russes. Le déclic naît alors : créer un art à partir de ses connaissances scientifiques.

Avec un crédo simple : « L’art pour tous », le père de l’Op Art estime que son pays d’origine n’est pas le lieu idéal pour créer. Il a besoin d’un environnement plus stimulant, en d’autres termes Paris, ville Lumière dans laquelle il s’installe en 1930.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Vasarely ne s’est pas uniquement illustré dans l’abstraction. Dans les années 1930-1940, il s’intéresse notamment à des sujets plus figuratifs tels que des portraits, des paysages ou des natures mortes.

Après avoir étudié la peinture traditionnelle pendant quelques années, le peintre développe progressivement l’idée que les sciences – dont il est issu – ont finalement atteint leurs limites et que c’est à travers l’Art qu’elles pourront être comprises visuellement.

1955 signe un tournant dans la carrière artistique de Vasarely. À presque 50 ans, il rédige le Manifeste jaune dans lequel il met un point d’honneur à définir l’Art cinétique. Il impose son style, on le reconnaît entre mille. Ses toiles paraissent en mouvement, c’est là son véritable génie : donner vie à des illusions d’optique !

Vivement passionné par la technologie, l’artiste a toujours été en avance sur son temps. L’apparition des premiers ordinateurs a été un tournant décisif dans sa création. Il insiste même pour qu’il en soit installé dans la Fondation qu’il crée, en 1966, à Aix-en-Provence.

Les motifs géométriques de Vasarely impactent inévitablement notre œil. Par ces successions de formes, c’est un sentiment d’énergie intense qui se dégage sur ces surfaces bidimensionnelles. On pourrait même parler d’une énergie cinétique !

En plus d’avoir introduit l’Art Optique dans l’Art moderne, Vasarely s’est illustré comme graphiste dans de grandes agences publicitaires telles qu’Havas ou Draeger. Et pour l’anecdote, on lui doit même la nouvelle version du logo de Renault en 1972. Le fameux losange métamorphosé par l’artiste répond à la problématique de dépoussiérer un emblème vieux de plus de 70 ans !

Victor Vasarely s’éteint en 1997 à l’aube de ses 91 ans. Il laisse derrière lui deux autres musées à Pécs et Budapest et plus largement une conception artistique tout à fait avant-gardiste.

Catégorie :

Description

Très belle sculpture numérotée, achetée en Galerie d’art à Hawaii en 1989 (facture d’achat et valorisée par expertise a Drout).

Dimension : 64 cm de large/.66 cm de hauteur

Numérotée 18/175

Né en 1906 à Pécs en Hongrie, Victor Vasarely entreprend très vite des études en médecine. Après deux ans, il abandonne sa formation pour s’inscrire aux Beaux-Arts et au Bauhaus de Budapest. C’est à cette période que le jeune artiste découvre l’art abstrait et les constructivistes russes. Le déclic naît alors : créer un art à partir de ses connaissances scientifiques.

Avec un crédo simple : « L’art pour tous », le père de l’Op Art estime que son pays d’origine n’est pas le lieu idéal pour créer. Il a besoin d’un environnement plus stimulant, en d’autres termes Paris, ville Lumière dans laquelle il s’installe en 1930.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Vasarely ne s’est pas uniquement illustré dans l’abstraction. Dans les années 1930-1940, il s’intéresse notamment à des sujets plus figuratifs tels que des portraits, des paysages ou des natures mortes.

Après avoir étudié la peinture traditionnelle pendant quelques années, le peintre développe progressivement l’idée que les sciences – dont il est issu – ont finalement atteint leurs limites et que c’est à travers l’Art qu’elles pourront être comprises visuellement.

1955 signe un tournant dans la carrière artistique de Vasarely. À presque 50 ans, il rédige le Manifeste jaune dans lequel il met un point d’honneur à définir l’Art cinétique. Il impose son style, on le reconnaît entre mille. Ses toiles paraissent en mouvement, c’est là son véritable génie : donner vie à des illusions d’optique !

Vivement passionné par la technologie, l’artiste a toujours été en avance sur son temps. L’apparition des premiers ordinateurs a été un tournant décisif dans sa création. Il insiste même pour qu’il en soit installé dans la Fondation qu’il crée, en 1966, à Aix-en-Provence.

Les motifs géométriques de Vasarely impactent inévitablement notre œil. Par ces successions de formes, c’est un sentiment d’énergie intense qui se dégage sur ces surfaces bidimensionnelles. On pourrait même parler d’une énergie cinétique !

En plus d’avoir introduit l’Art Optique dans l’Art moderne, Vasarely s’est illustré comme graphiste dans de grandes agences publicitaires telles qu’Havas ou Draeger. Et pour l’anecdote, on lui doit même la nouvelle version du logo de Renault en 1972. Le fameux losange métamorphosé par l’artiste répond à la problématique de dépoussiérer un emblème vieux de plus de 70 ans !

Victor Vasarely s’éteint en 1997 à l’aube de ses 91 ans. Il laisse derrière lui deux autres musées à Pécs et Budapest et plus largement une conception artistique tout à fait avant-gardiste.

 

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Victor VASARELY – Sculpture « Kezdi » numérotée”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×