Michel KO – Acrylique sur papier, de 2003 intitulée « Cosmos »

150,000Fr

« Cosmos » Série la conjecture de Poincarré – Taille : 60X40 – encadrée

Parfait état.

Michel KO

D’origine tahitienne par sa mère, vietnamienne et chinoise par son père, Michel Ko naît le 8 juin 1950.

Il commence à peindre à l’âge de 15 ans après avoir eu une révélation en découvrant un tableau de Modigliani.

Il expose pour la première fois à Raiatea – l’une des Iles Sous Le Vent – au début des années 70. Puis de nombreuses expositions se succèderont, dans les îles de Polynésie (Tahiti, Bora Bora, Hao, Anaa), en Europe (Brest, Paris), en Amérique (Santiago du Chili, San Francisco)…

Au début des années 80, Michel Ko vivait sur un motu (îlot) de l’île de Bora Bora. Il peignait là, il y avait son atelier, sa galerie…

En 1983, une vague de violents cyclones frappe la Polynésie. En une seule nuit, Michel Ko perd tout, des années de travail, de création, près de 900 œuvres qu’il voulait exposer…

Depuis, sans aucune ressource, il vit à Papeete dans la cabine d’un voilier sans voile, définitivement immobile dans la zone industrielle du port.

Là, malgré tout, il continue de peindre, avec quelques rares pinceaux et tubes de peinture, sur ce qu’il trouve, des morceaux de papier kraft, du carton d’emballage ramassés ça et là…

Malgré les problèmes, il ne cesse d’espérer. Comme il le raconte souvent, sa peinture est une peinture d’espérance, celle de quelqu’un qui était dans la désespérance et qui a repris le dessus.

En 2005, la Galerie Rima’i de Papeete expose une cinquantaine de ses œuvres, essentiellement des peintures sur carton. Le succès de cette exposition lui permet d’utiliser désormais d’autres supports : papier d’artiste, toile…

Michel Ko définit sa peinture comme une sorte de symbolisme contemporain. Il voit ses tableaux comme une partie de son âme, une partie de lui-même. Beaucoup comportent, au verso, une légende, un dessin, une histoire personnelle, un moment de vie.

Bien que peu connu du grand public, il est l’un des rares artistes qui font vivre la création contemporaine à Tahiti.

Catégorie :

Description

« Cosmos » Série la conjecture de Poincarré – Taille : 60X40 – encadrée

Parfait état.

Michel KO

D’origine tahitienne par sa mère, vietnamienne et chinoise par son père, Michel Ko naît le 8 juin 1950.

Il commence à peindre à l’âge de 15 ans après avoir eu une révélation en découvrant un tableau de Modigliani.

Il expose pour la première fois à Raiatea – l’une des Iles Sous Le Vent – au début des années 70. Puis de nombreuses expositions se succèderont, dans les îles de Polynésie (Tahiti, Bora Bora, Hao, Anaa), en Europe (Brest, Paris), en Amérique (Santiago du Chili, San Francisco)…

Au début des années 80, Michel Ko vivait sur un motu (îlot) de l’île de Bora Bora. Il peignait là, il y avait son atelier, sa galerie…

En 1983, une vague de violents cyclones frappe la Polynésie. En une seule nuit, Michel Ko perd tout, des années de travail, de création, près de 900 œuvres qu’il voulait exposer…

Depuis, sans aucune ressource, il vit à Papeete dans la cabine d’un voilier sans voile, définitivement immobile dans la zone industrielle du port.

Là, malgré tout, il continue de peindre, avec quelques rares pinceaux et tubes de peinture, sur ce qu’il trouve, des morceaux de papier kraft, du carton d’emballage ramassés ça et là…

Malgré les problèmes, il ne cesse d’espérer. Comme il le raconte souvent, sa peinture est une peinture d’espérance, celle de quelqu’un qui était dans la désespérance et qui a repris le dessus.

En 2005, la Galerie Rima’i de Papeete expose une cinquantaine de ses œuvres, essentiellement des peintures sur carton. Le succès de cette exposition lui permet d’utiliser désormais d’autres supports : papier d’artiste, toile…

Michel Ko définit sa peinture comme une sorte de symbolisme contemporain. Il voit ses tableaux comme une partie de son âme, une partie de lui-même. Beaucoup comportent, au verso, une légende, un dessin, une histoire personnelle, un moment de vie.

Bien que peu connu du grand public, il est l’un des rares artistes qui font vivre la création contemporaine à Tahiti.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Michel KO – Acrylique sur papier, de 2003 intitulée « Cosmos »”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×